Compte-rendu du lundi 14 octobre 2013

PEDT

Compte rendu de la réunion du Comité de Pilotage

Du lundi 14 octobre 2013

 

 

Etaient présents : Jacques POMAREL, conseiller municipal délégué à l’Education,
Cathy PRIVAT, DRH/responsable des Affaires Scolaires, Jean-Pierre POINTREAU, Julien LAVIE, éducateurs sportifs, Sonia PERRAULT, représentante FCPE, Valérie MICHEL-BOUHOURD, représentante AAPEL, Stéphanie POUJADE, Présidente de l’Amicale
La Vaillante, Christine DUZAN, animatrice et responsable du centre équestre
La Gourmette, Marie-José GAUTIER représentant l’UNESCO et intervenante pour l’action Lire et Faire Lire, Michel BOUDY, Directeur de l’école St-Exupéry, Mme AUBURTIN, enseignante, Anne SCARAVETTI, Directrice de l’école maternelle Anne Frank

 

Etaient excusés : M. le Maire, Jean-François SERRES, Président du SISS

 

 

Jacques POMAREL demande si tous les membres du comité de pilotage ont bien reçu le compte rendu de la dernière réunion établi par Cathy PRIVAT et les remercie pour leur engagement dans ce partenariat éducatif, qui permettra la mise en œuvre d’un projet utile pour les enfants. Le comité de pilotage a la tâche de formaliser ce projet, de le suivre et procéder à son évaluation. C’est une tâche valorisante pour tous.

Depuis la dernière réunion, les POTS ont été fixés avec des heures d’entrée et de sortie pour chaque école :

-           A l’école maternelle, la classe débutera à 8h55 pour terminer à 15h40 les lundis, mardis, jeudis et vendredis et à 9h pour terminer à 12h le mercredi. Les TAP se dérouleront de 15h40 à16h25.

-          A l’école élémentaire, la classe débutera à 8h50 pour terminer à 15h30, les lundis, mardis, jeudis et vendredis et à 8h50 pour terminer à 12h10 le mercredi.

Les POTS ont été fixés en tenant compte des contraintes des transports scolaires.

 

D’autre part, jeudi 10 octobre, le DASEN a réuni tous les maires de l’arrondissement pour souligner l’importance donnée aux TAP, en présence du Sous Préfet, du directeur départemental de la cohésion sociale (anciennement DDJS), du directeur de la CAF, d’un représentant du Conseil Général et de la MSA. Le DASEN a insisté sur le rôle des associations et a invité les associations complémentaires de l’école.

Il a été créé, au niveau académique, un conseil consultatif, un groupe d’appui interministériel ainsi qu’un groupe d’appui technique. Un guide pratique à destination des collectivités a été diffusé en février 2013. Ce guide va être réactualisé. Enfin, une convention type sera envoyée aux collectivités. Cette convention sera signée par le Sous Préfet, le DASEN, le Maire et l’association, partie prenante du projet.

Le DASEN a précisé que les ressources des familles ne doivent pas constituer une barrière discriminante. Le directeur de la CAF a annoncé que 850 millions d’euros ont été abondés pour venir en soutien aux collectivités pour la mise en place de ces activités, à condition d’être déclaré ALSH.

D’autre part, Jacques POMAREL explique qu’il s’est entretenu avec le DASEN mercredi 9 octobre à 15h précises, lors du rendez-vous téléphonique fixé par le DASEN avec M. le Maire. Il a décrit au DASEN le processus et la démarche de concertation enclenchés.  Le DASEN a montré de l’intérêt et a estimé que c’était bien pensé et bien organisé.

 

 

Jacques POMAREL poursuit et explique aux membres du comité de pilotage qu’il souhaite que la réunion se déroule en trois temps :

 

1er temps – Un tour de table pour prendre connaissance du ressenti des réunions

         précédentes, des observations, suggestions et du retour de leurs structures,

2ème temps – Recenser d’autres partenaires,

3ème temps – Amender le document de travail qui a été préparé pour permettre aux associations / intervenants de préciser leurs propositions.

 

Jacques POMAREL rappelle que les élus sont à la disposition des associations pour débattre de toute question avec leur bureau ou conseil d’administration.

 

Jacques POMAREL laisse la parole aux membres pour le tour de table.

 

Valérie Michel-BOUHOURD demande si le choix des activités a été fait et si elles se dérouleront par classe ou bien chaque enfant aura-t-il le choix de son activité.

 

Jacques POMAREL répond que rien n’a été déterminé. Il faut simplement que tous les enfants aient la possibilité de choisir. Les activités seront organisées par niveau d’âge.

 

Jean-Pierre POINTREAU et Julien LAVIE confirme que les activités ne pourront avoir lieu que par tranche d’âge.

 

Sonia PERRAULT demande si des enseignants ont été sollicités pour intervenir sur ces activités et si l’association « l’outil en main » a été contactée.

 

Jacques POMAREL répond qu’ils ne l’ont pas été mais qu’il est certain que toutes les personnes qui ont des compétences ou qui sont agréées doivent être sollicitées. On ne mettra une personne que l’on ne connaît pas avec les enfants.

Concernant l’association « l’outil en main », Jacques POMAREL précise qu’il a participé à leur assemblée générale et pour l’instant ils ne paraissent pas assez organisés pour intervenir dans le cadre des TAP. En effet, ils ont un local mis à leur disposition par le lycée professionnel avec du matériel où ils accueillent des enfants de 9 à 13 ans mais ce local sera-t-il disponible aux horaires des TAP ?

 

Michel BOUDY ajoute que l’accueil des enfants dans ce local se déroule actuellement les mercredis après-midi.

 

Jacques POMAREL explique que cette association est composée d’une douzaine d’artisans à la retraite qui tentent de faire découvrir les métiers manuels aux enfants. Il explique ensuite, qu’il a reçu de la part de la Gourmette une proposition d’activités détaillée avec un emploi du temps et des objectifs opérationnels intéressants. Les séances dureront 1h30 dont 30mn de transport (2 x 15mn).

 

Christine DUZAN demande s’il lui serait possible d’avoir également un accompagnateur par groupe de 20 enfants qui resterait durant toute l’activité. Peut-être des bénévoles.

 

Jacques POMAREL pense que des accompagnateurs seront mis à disposition et que le groupe ne pourra pas dépasser 18 enfants.

 

Valérie MICHEL-BOUHOURD constate que pour l’activité équitation, les 45mn sont dépassées.

 

Michel BOUDY rappelle qu’il avait été évoqué lors de la réunion précédente de faire une distinction entre les TAP longs et courts.

 

Jean-Pierre POINTREAU confirme qu’en effet l’équitation est une activité longue et que l’on pourrait envisager que les parents viennent chercher leurs enfants à La Gourmette plutôt que de les ramener à l’école en bus.

 

Marie-José GAUTIER demande de quelles associations, les associations présentes ce soir (L’UNESCO, La VAILLANTE et la GOURMETTE) sont-elles les représentantes et se demande comment les contacter.

 

Jacques POMAREL précise que cette question concerne le 2ème temps de la réunion et répond que certaines associations sont venues lors de la réunion du 16 septembre mais toutes n’ont pas pu être présentes. Il faut leur faire passer le message.

 

Stéphanie POUJADE explique que la difficulté pour les associations de faire des propositions est le manque d’éléments comme par exemple les assurances pendant l’activité et le trajet, les horaires pour connaître le disponibilité des intervenants…Un bilan a été fait mais il y a eu peu de retour. Elle explique qu’elle a proposé aux associations de contacter M.POMAREL, certaines l’ont fait.

 

Jean-Pierre POINTREAU  propose qu’un tri des adresses soit réalisé car il y a 110 associations à Langon. De plus, il ajoute que certains s’inquiètent car ils commencent leurs activités à 17h et s’ils ont encore les enfants de l’école, ils devront revoir leurs horaires pour commencer leurs activités plus tard.

 

Christine DUZAN pense qu’il faudrait contacter chaque association directement.

 

Stéphanie POUJADE ajoute que ce serait plus simple avec une fiche type à compléter par les associations.

 

Jacques POMAREL rappelle qu’il a annoncé en début de réunion qu’un document de travail a été établi.

 

Christine DUZAN pense qu’avant de proposer la fiche, il faut savoir à qui l’adresser.

 

Marie-José GAUTIER demande quelles associations, autres que sportives, pourront intervenir sur les TAP.

 

Jacques POMAREL répond que s’agissant des associations dans le champ culturel, il a pensé au théâtre et à d’autres associations qui assurent des ateliers d’écriture, de lecture, des commentaires, d’échanges, de l’audio-visuel…. Il ajoute qu’il s’agit d’une démarche qui laisse la possibilité à chacun de faire des propositions.

 

Jean-Pierre POINTREAU précise qu’il a été questionné sur la durée de l’engagement de l’association. Est-ce pour 9 mois ou moins ?

 

Christine DUZAN répond que cela dépend du nombre d’associations qui répond et que si c’est par tranche d’âge, cela peut être sur deux périodes.

 

Anne SCARAVETTI ajoute que cela peut se faire de vacances à vacances.

 

Marie-José GAUTHIER demande si, par exemple, un professeur à la retraite pourrait intervenir et indique que ce qui lui paraît le plus difficile, c’est de trouver les intervenants. Elle demande s’il est possible d’avoir un compte rendu de la réunion avec le DASEN.

 

Jacques POMAREL indique qu’il n’y aura pas de compte rendu de la part du DASEN. Il explique que des maires, ayant mis en place la réforme dès la rentrée, étaient présents mais ils n’ont pas beaucoup apporté d’éclairage quant à la mise en place. De plus, lorsque l’on consulte les sites internet des communes, on n’y trouve que des programmes d’activités mais pas les orientations d’un projet. Il nous reste deux mois pour le finaliser et nous nous tenons à la disposition des associations.

Il faudra être opérationnel au 1er septembre 2014, il faudra donc se donner les moyens.

 

Anne SCARAVETTI explique qu’à Cérons, les inscriptions ont été faites en juin et les activités ont pu débuter dès la rentrée. Il faudra donc demander aux parents d’inscrire leur(s) enfant(s) en juin pour être prêt à la rentrée.

 

Jean-Pierre POINTREAU et Julien LAVIE expliquent que ce sera très difficile et qu’il y aura sans doute une période de flottement à la rentrée.

 

Jacques POMAREL insiste pour faire le nécessaire afin que tous les parents se sentent concernés.

 

Cathy PRIVAT explique que cette année, les fiches d’inscription aux garderies et ateliers périscolaires pour la rentrée 2013 ont été distribuées en juin. Sur 28 inscrits en moyenne aux ateliers périscolaires, seulement 14 y participent. Les 14  autres enfants sont, soit récupérés par leur parent, soit restent en garderie libre à la demande des parents. Les parents ne remplissent pas les fiches correctement par incompréhension ou manque d’intérêt.

 

Sonia PERRAULT et Michel BOUDY confirment le manque d’implication et de motivation des parents comme ils ont pu le constater lors des dernières élections de parents d’élèves, où il y a eu très peu de participation.

 

Jacques POMAREL souhaite que l’on s’interroge sur les raisons qui les amènent à peu participer aux élections des parents d’élèves. Il est vrai qu’il y a un fort taux d’abstention sur certaines élections et un taux de participation élevé sur d’autres. Tout dépend de l’intérêt que les gens y portent. A nous de faire comprendre à l’ensemble des parents l’intérêt de compléter correctement les fiches d’inscription. Ils prêteront une oreille différente, si l’on parvient à leur faire comprendre que les TAP s’inscrivent dans un processus éducatif pour favoriser la réussite des enfants.

N’ayons pas d’à priori sur l’implication des parents.

 

Anne SCARAVETTI  assure que les décisions des parents sont assez volubiles et volatiles.

 

Jacques POMAREL affirme que c’est faux si on leur en précise l’intérêt.

 

Christine DUZAN demande s’il y aura une garderie parallèle, si par exemple un enfant ne pouvait pas participer au TAP.

 

Jacques POMAREL répond qu’il peut éventuellement y en avoir une.

 

Jean-Pierre POINTREAU et Julien LAVIE pensent qu’une garderie est absolument nécessaire dans le cas où un intervenant serait absent ou en cas d’intempérie pour certaines activités.

 

Stéphanie POUJADE demande qui serait responsable dans ce cas.

 

Cathy PRIVAT répond que la responsabilité revient à la Mairie puisque c’est hors temps scolaire.

 

Jean-Pierre POINTREAU met en évidence le problème des APC et la nécessité d’avoir une garderie. En effet, quand les enseignants raccompagneront les élèves inscrits en APC, il sera trop tard pour qu’ils participent aux activités. Ils devront donc les confier au personnel de surveillance de la garderie.

 

Michel BOUDY pense qu’il faut définir un jour unique pour les APC et ce jour-là ne pas faire de TAP.

 

Jacques POMAREL approuve et imagine que si les APC se déroulent le vendredi, les TAP seront donc organisés les lundis, mardis et jeudis.

 

Valérie MICHEL-BOUHOURD demande qui fournira le matériel.

 

Jean-Pierre POINTREAU répond que le matériel est fourni par les associations.

 

Stéphanie POUJADE explique qu’elle a consulté son assureur. Celui-ci lui a estimé le coût d’une assurance à 300 € annuel pour des non licenciés dans le cadre d’une convention.

Michel BOUDY se demande si une assurance complète de l’enfant ne se substituerait pas à une cotisation payée par l’association et comment cela se passe actuellement.

 

Jean-Pierre POINTREAU répond négativement car les activités se déroulent hors temps scolaire. Actuellement, les associations prennent une assurance.

 

Jacques POMAREL rappelle que le groupe d’appui technique pourra répondre à toutes ces questions.

 

Anne SCARAVETTI demande s’il y aura un compte rendu de la réunion du DASEN.

 

Jacques POMAREL explique qu’il a demandé que les questions et les réponses soient rendues mais pense que cela ne sera pas fait car le Sous Préfet et le DASEN n’ont pas eu la possibilité de répondre à certaines questions. Il propose de regarder ensemble la fiche destinée aux associations et demande aux membres présents d’y apporter éventuellement des modifications.

 

Anne SCARAVETTI demande qu’il soit rajouté « Effectifs possible »

 

Jean-Pierre POINTREAU confirme, en effet, que certaines associations sont limitées en effectif par leur fédération.

 

Michel BOUDY pense que le mot « Association » est réducteur et que certains peuvent se sentir exclus comme par exemple des intervenants bénévoles et demande à rajouter le mot « intervenant ».

 

Jacques POMAREL, au sujet de l’intervention d’intervenants bénévoles, indique que le groupe d’appui technique nous apportera des réponses. 

 

Stéphanie POUJADE demande qu’il soit ajouté sous le mot « Association », « contact ».

 

Plusieurs membres souhaitent que soient rajoutés les mots : « Jours-Horaires », « lieu de l’activité » et « niveaux d’âge ».

 

Jacques POMAREL confirme que la fiche sera modifiée et jointe au compte rendu de la réunion. Elle devra également être diffusée aux associations.

 

Valérie MICHEL-BOUHOURD demande si les enfants présentant des risques d’allergies ou des problèmes médicaux pourront participer à toutes les activités et s’ils doivent fournir un certificat médical.

Stéphanie POUJADE propose la création d’un modèle type avec des contre-indications qu’ils doivent faire compléter par leur médecin traitant.

 

Jean-Pierre POINTREAU indique qu’actuellement, il se passe l’inverse. Ce sont les enfants qui fournissent les certificats dans le cas d’une contre indication.

 

Jacques POMAREL souhaite que les membres réfléchissent à la création d’une fiche d’autorisation à la pratique d’une activité.

 

Julien LAVIE pense qu’il sera difficile de récupérer toutes les fiches médicales qui seront distribuées en début d’année scolaire à chaque élève.

 

Jean-Pierre POINTREAU pense que cette question doit être posée au groupe d’appui technique ainsi que le problème des assurances.

 

Stéphanie POUJADE rajoute que son assureur n’assure pas l’association pour les trajets et que cette question doit également être posée au groupe d’appui technique.

 

Jacques POMAREL demande s’il y a d’autres questions et annonce la prochaine réunion au lundi 28 octobre.

 

M. BOUDY demande s’il est judicieux de maintenir la réunion du 28 octobre en raison des vacances scolaires.

 

M. POMAREL demande qui sera absent et constate que 6 membres seront donc présents.

 

Marie-José GAUTIER, Stéphanie POUJADE et Christine DUZAN pensent qu’il faudrait effectivement annuler cette réunion, non seulement en raison des vacances, mais aussi pour permettre de diffuser la fiche aux associations et que celles-ci puissent y répondre.

 

Jacques POMAREL annule donc la réunion du 28 octobre et rappelle les dates des prochaines réunions du comité de pilotage,

            Le 04 novembre 2013

            Le 18 novembre 2013

            Le 25 novembre 2013

Ce délai permettra à chacun de réfléchir à la mise en place d’activités. Les associations pourront me contacter au 06.88.77.38.74.

 

Jacques POMAREL remercie les membres de leur présence et clôture la réunion à 19h35.

Compte-rendu du 30 septembre 2013

PEDT Compte rendu de la réunion du Comité de Pilotage Du lundi 30 septembre 2013 Etaient présents : Jacques POMAREL, conseiller municipal délégué à l’éducation, Cathy PRIVAT DRH, responsable des Affaires Scolaires, Jean-Pierre POINTREAU, Julien LAVIE, Educateurs sportifs, Mme JANAOUI représentante PEEP, Mme PERRAULT représentante FCPE, Mme BOUHOURD représentante AAPEL, Stéphanie POUJADE, Présidente de l’amicale de la VAILLANTE, Christine DUZAN, animatrice et responsable du centre équestre de la GOURMETTE, Marie-José GAUTHIER représentant l’UNESCO et intervenante pour l’action Lire et Faire Lire, Jean-Rémy CAPES Président du Langon Football club, Michel BOUDY Directeur de l’école St EXUPERY, Mme AUBURTIN enseignante, Mme Anne SCARAVETTI Directrice de l’école maternelle, Etaient excusés : M. le Maire, Jean-François SERRES, Président du SISS Jacques POMAREL : -Rappelle la présentation de la loi sur la refondation de l’école et les enjeux du PEDT évoqués lors des précédentes réunions avec les enseignants, les parents et les associations. -Volonté du législateur pour qu’il y ait un TAP sans discrimination financière des familles. -La Mairie prendra en charge intégralement ces TAP. - Bien que cela ne soit pas une obligation, volonté de la municipalité pour que tous les enfants puissent participer à ces activités. - Tant que les POTS (projets d’organisation des temps scolaires) ne sont pas arrêtés, fin des cours envisagée pour St Exupéry vers 15h30 et 16h pour la maternelle (15h45 précise Anne Scaravetti). - Tous les intervenants, les associations notamment, s’engagent dans un partenariat éducatif. - Précise la distinction entre « le projet – visée » et « le projet programmatique » ainsi que la nécessité de respecter une méthodologie : 1) Etat des lieux, analyse des besoins, recensement des ressources locales 2) Définition des objectifs (choix éducatifs). Passer de l’implicite à l’explicite 3) Descriptif des actions et en parallèle les moyens nécessaire 4) Définition des modalités d’évaluation ; l’évaluation est une nécessité à des fins de crédibilité sociale et de régulation technique (ajustement) Jacques POMAREL demande aux membres du groupe de pilotage s’ils ont des questions pour clarifier ses propos. Christine DUZAN demande si l’application de cette réforme peut avoir des orientations différentes pour 2014. Jacques POMAREL répond que c’est un engagement sur la durée. Mme BOUHOURD demande quels jours auront lieu les activités. Jacques POMAREL répond, tous les jours sauf le mercredi matin, à 15h45 à la maternelle et à 15h30 à l’élémentaire (nb les POTS ne sont pas arrêtés). Jacques POMAREL demande à Jean-Pierre POINTREAU de présenter les activités périscolaires actuelles. Jean-Pierre POINTREAU explique que les activités périscolaires à la maternelle se déroulent en un atelier de 45mn de 17h à 17h45 tandis qu’à l’élémentaire, les études surveillées se déroulent de 17h à 18h en deux ateliers de 17h00 à 17h30 et de 17h30 à 18h et les activités sportives de 17h à 18h. Les associations (rugby, basket, tennis, gym et skate) viennent chercher les enfants à 16h45 et les ramènent à l’école pour 18h. Les associations sont rémunérées par la commune à hauteur de 16.77 € l’intervention. 90 enfants en moyenne participent à ces activités sportives et entre 35 et 40 aux études surveillées. Ces activités sont proposées aux enfants sur inscription par cycle, 5 au total et par niveau. Michel BOUDY se demande s’il y aura assez de temps en 45mn pour les TAP et propose qu’il y ait des activités de courte durée qui se feront à l’école et de longue durée qui se feront en dehors de l’école, équitation, escalade…. Stéphanie POUJADE, présidente de la Vaillante précise qu’elle est une des seules associations à avoir des cours le mercredi matin, qu’elle ne peut déplacer sur un autre jour. Elle ajoute que l’association compte 330 licenciés et qu’elle a embauché un animateur en contrat d’avenir à 25h hebdomadaire. Elle s’inquiète de l’avenir de son association et de la pérennisation de cet emploi car avec l’école du mercredi matin, elle va perdre 60 licenciés et 10200 € de recettes. Elle pense que les enfants qui feront des activités à l’école ne viendront plus dans les associations. De plus elle ne sait pas comment répondre avec une indemnisation de 16.77 € l’intervention. Jacques POMAREL répond que les 16.77€ c’est l’existant et que l’on verra plus tard. Il ajoute que les activités proposées à l’école sont différentes de celles pratiquées dans les associations. Il pense que l’on peut participer aux TAP sans que cela porte atteinte aux associations. Stéphanie POUJADE insiste sur l’impact de la perte du mercredi matin qui portera atteinte à l’organisation de l’association et la fragilisera forcément. Julien LAVIE soulève une autre problématique, celle de la disponibilité des intervenants des associations à 15h30. Anne SCARAVETTI ajoute également le problème de la disponibilité des locaux si les TAP et les APC se déroulent en même temps. Jacques POMAREL rappelle aux membres du comité de pilotage qu’ils ont été invités dans une première étape pour définir les besoins de l’enfant. Or, seuls des problèmes ont émergé. Les obstacles seront levés au fur et à mesure. Il ajoute qu’il faut être ambitieux dans nos projets et peut-être modestes dans nos réalisations. Il faudra bien évidemment prendre en compte tous les problèmes à résoudre, comme par exemple les assurances. Jacques POMAREL souhaite que soient exprimés les besoins et les attentes et demande aux enseignants de présenter leurs objectifs car le PEDT s’inscrit dans le prolongement et la complémentarité du projet d’école. Anne SARAVETTI explique que l’objectif principal est le savoir être avec des activités comme le chant, le théâtre qui permettent à l’enfant de libérer la parole et de se positionner devant l’autre. Michel BOUDY explique que les objectifs sont ceux des compétences visées dans le projet d’école notamment les compétences civiques, sociales, le respect de l’autre et de soi-même avec des activités sur la sécurité, la santé, l’hygiène, la création de pictogrammes en collaboration avec l’école maternelle et les TICE. Cathy PRIVAT précise que certaines activités comme l’initiation à l’informatique et un labo photo existaient auparavant mais les associations ne peuvent plus intervenir par manque d’intervenants. Marie-José GAUTHIER demande s’il y avait des problèmes d’assurance. Jean-Pierre POINTREAU répond qu’il n’y en avait pas car il s’agissait d’associations et non de bénévoles. Les associations prennent une assurance particulière souvent avec leur fédération. De plus, nous demandons aux enfants qui participent aux activités périscolaires d’avoir une assurance responsabilité civile et individuelle accident. Michel BOUDY précise que l’assurance scolaire n’est pas obligatoire et pense que la MAE va trouver une solution. Anne SCARAVETTI ajoute que l’assurance scolaire est obligatoire quand on sort de l’enceinte de l’école. Jacques POMAREL demande aux associations présentes leur réaction aux objectifs donnés par les enseignants. Stéphanie POUJADE s’y retrouve totalement. Marie-José GAUTHIER demande s’il y a eu une réflexion sur des activités autres que sportives. Anne SCARAVETTI énumère des activités telles que chant, chorale, instruments, théâtre, arts plastiques avec des intervenants. Stéphanie POUJADE demande ce qu’il se passera s’il n’y a pas d’intervenants. Anne SCARAVETTI répond que les enseignants ne pourront pas faire l’activité. Ils feront seulement leurs APC mais ils comptent sur les TAP pour aller plus loin. Sonia PERRAULT ajoute qu’il faut penser à l’activité sur l’éducation à l’environnement. Jacques POMAREL rejoint Michel BOUDY quant à des activités sur la santé ou l’hygiène. On pourrait éventuellement mettre en place des activités sur la santé avec l’intervention de médecins scolaires ou d’infirmières. Il faut des activités qui mettent les enfants en appétence et qui leur donne également l’envie d’aller vers les associations. Anne SCARAVETTI pense qu’il faudra prévoir plus d’une vingtaine d’activités. Les enfants vont découvrir ces activités à l’école et iront donc dans les associations. Stéphanie POUJADE confirme qu’en effet les cycles de gymnastique assurés par Jean-Pierre POINTREAU durant le temps scolaire lui amène de nouveaux gymnastes et qu’elle ne peut pas répondre à toutes les demandes. Elle pense que c’est un vrai levier. Jacques POMAREL demande aux associations de lui fournir leur objectif éducatif avec le descriptif de l’action et le coût (une fiche de présentation leur sera proposée). Il annonce les dates des prochaines réunions du comité de pilotage : Le 14 octobre 2013 Le 28 octobre 2013 Le 04 novembre 2013 Le 18 novembre 2013 Le 25 novembre 2013 Christine DUZAN et Stéphanie POUJADE demandent quelle est la date butoir. Jacques POMAREL répond qu’il faut que le dossier soit terminé pour le mois de décembre. Jacques POMAREL clôture la réunion à 19h40. PEDT : Projet éducatif territorial POTS : Projet d’élaboration du temps scolaire PE : Projet d’école

@fcpelangon

sur Twitter